Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Occitanie Toulouse Se former dans ma région S'informer sur le collège

Sacha, élève de 3ème en Pôle espoir rugby

Midi-Pyrénées - Toulouse / Publication : 5 avril 2018
Le rugby j’aime ça d’abord parce que c’est un sport de balle ! Et puis, j’aime bien l’esprit d’équipe c’est comme une petite famille ! »


Sacha - Rugby Pôle espoir

De sélection en sélection, il intègre le pôle espoir.

Sacha, comment es-tu arrivé au pôle espoir ?

"Je joue au rugby depuis l’âge de 5 ans, j’ai commencé à Lavaur puis j’ai intégré le club de Castres. J’ai été repéré et je suis entré à « l’académie ». L’académie, c’est une préparation pour le centre de formation du Castres Olympique pour, peut-être, devenir professionnel. En plus des entrainements avec notre équipe, on avait deux séances de musculation par semaine et une séance de techniques individuelles. Puis, j’ai passé les détections pour aller au Castres Olympique, j’y suis resté deux ans. Ensuite, j’ai passé les sélections Midi Pyrénées, j’ai fait partie des 25 joueurs sélectionnés parmi les 40 meilleurs joueurs de l’académie de Toulouse. Après plusieurs matchs, j’ai, à nouveau, passé des tests pour entrer au pôle espoir et j’ai été pris cette année. Ça a été très vite pour moi, j’ai été surpris, je ne m’y attendais pas…. J’ai eu du mal à y croire !"

Comment se passe l’entrainement au pôle espoir ?

"On est suivi par un préparateur physique, deux entraineurs dont la spécialité dépend de leur ancienne position dans l’équipe : avant ou arrière, un kiné et un médecin du sport. Le pôle c’est différent, c’est plus sérieux. On travaille vraiment individuellement sur notre poste pour augmenter nos capacités, nos techniques de jeu… Ils nous préparent pour passer des sélections en équipe de France si on atteint le niveau. 
Les cours sont adaptés lorsqu’on est au lycée mais moi je suis au collège donc je fais un peu moins de rugby. Le lundi on a une heure de rugby puis une heure de musculation. Le mardi aussi mais on s’entraine avec des plus grands que nous. On fait aussi du VMA, Vitesse Maximale Aérobie, pour avoir plus de souffle sur le terrain. Parfois, en fonction du championnat, le mercredi on s’entraine dans notre club ou on a une heure de musculation. Le jeudi c’est technique individuelle pour finir la semaine tranquillement. Par exemple, moi, je suis demi d’ouverture donc je travaille le jeu de pied, la manip’ de balle, la passe…"

Le pôle espoir et l’école, quel lien ?

"On n’entre pas au pôle espoir sans projet scolaire c’est même le plus important, le rugby ça ne suffit pas. Ils nous suivent de près à l’école, tous les semi trimestres, les professeurs remplissent des fiches de suivis avec l’attitude en classe, le travail, le comportement…. On a ensuite des entretiens avec les entraineurs pour pointer nos points forts et nos points faibles et mettre en place des stratégies pour s’améliorer. Si notre comportement n’est pas bon en classe, on peut être sorti du pôle espoir".

Le conseil de Sacha pour les élèves qui voudraient intégrer un pôle espoir.

"Travailler ses points faibles, toujours, à l’école comme au rugby ! Avoir de la rigueur et se donner à fond dans les matchs pour se faire repérer".

 

 
 

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels