Sommaire du dossier

Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Mon métier au quotidien

Décorateur scénographe : un "écrivain de l’espace"

Métiers du spectacle

Haute Normandie - Rouen / Publication : 2 juillet 2012
Tout comme les costumes, le décor dans une pièce de théâtre, un opéra ou encore un plateau de télévision est essentiel. Il donne de la profondeur et ajoute à la magie ou au drame d’un opéra, d’une pièce de théâtre... Il attire l’œil du public tout simplement, et ce grâce au talent du décorateur-scénographe. Pascal Doudement, décorateur-scénographe, nous fait découvrir un métier artistique et technique à la fois.

Pascal Doudement, décorateur-scénographe

Un scénographe

"Le travail du scénographe est le fruit d'une réflexion menée en collaboration avec le metteur en scène ou le chorégraphe. Cela implique une certaine complicité permettant de comprendre les intentions et de les concrétiser", explique Pascal. "Le scénographe crée des espaces". Pour cela, il fait des propositions sous forme de maquettes.
Mais auparavant, "un travail d’anticipation aura été fait sur la manière dont il faudra procéder pour réaliser ce décor : au niveau des matériaux, de la conception technique, de la machinerie". Car "l’objectif n’est pas simplement de faire un beau projet, mais de faire un projet viable", qui respecte le budget imparti, qui puisse "se démonter et se remonter" dans tout type de lieux ou plateaux. Pascal explique en effet qu’un décor voyage au rythme de la diffusion d’un spectacle et qu’il doit donc "avoir une tenue dans le temps".

Un décorateur

Pour Pascal, la scénographie est en réalité de la "conception", tandis que la décoration "est plus proche de la réalisation". Une fois que le scénographe a réalisé ses maquettes et défini le projet de décor, intervient le décorateur qui va apporter son expérience et superviser le travail de construction dans l’atelier : peintres, serruriers, menuisiers, sculpteurs… Chacun sa spécificité, même si la polyvalence est de plus en plus requise. Pascal est ainsi également "peintre-décorateur" et a appris "la menuiserie, à réaliser des dessins techniques, à manier un peu l’acier." D’après lui, "être confronté aux matières et matériaux est essentiel pour comprendre comment un décor se construit" et voir si le projet de décor envisagé est réalisable.

Et un plasticien !

Décorateur et scénographe à la fois, Pascal est aussi et surtout un plasticien, de par sa formation d’origine. "Je suis diplômé d’une école d’art. J’ai travaillé avec des machines, sur le souffle et l’air et ai fait quelques expositions. Mais je me suis vite aperçu que je ne pourrai pas gagner ma vie ainsi." Pascal se tourne alors vers le spectacle, qu’il côtoyait déjà aux Beaux-arts : "j'ai rapidement travaillé pour le spectacle vivant, ce qui m'a permis d'appréhender la scénographie, autrement dit l'écriture de l'espace." "Ce n’est pas un choix de carrière de devenir scénographe, mais plutôt une rencontre avec l’art plastique", nous raconte-t-il. "Je pense qu’un scénographe doit s’intéresser aux arts plastiques car l’objet plastique est dans l’espace. Tandis que le plasticien doit s’intéresser à la scénographie parce qu’une exposition est en fait une mise en scène de l’objet plastique dans l’espace. Ces 2 mondes se rejoignent."

Des applications diverses

Scénographie et arts plastiques sont donc liés. Pascal a ainsi "travaillé pour des expositions d’arts plastiques : avec le directeur du service culturel d’une université, j’ai créé un lieu d’exposition dans une gare. Il s’agissait d’une vitrine qui s’appelait la Consigne. On y invitait des artistes locaux et de l’extérieur également. C’était une expérience assez riche, une autre manière d’investir l’espace". En réalité, les possibilités sont diverses pour le scénographe. "La scénographie peut se faire dans le spectacle à petite échelle, mais aussi dans les grands opéras. On peut travailler dans les arts de la rue, dans l’événementiel, le cinéma…"

Un métier – passion

Même si les domaines d’application sont nombreux, le décorateur-scénographe peine parfois à vivre de son métier.
"Il n’y a pas beaucoup d’offres", déplore Pascal. Les décorateurs-scénographes sont intermittents du spectacle dans la plupart des cas. Ils n’ont pas de poste fixe et sont souvent obligés de voyager aux quatre coins de la France, voire à l’étranger pour obtenir des contrats. Leurs employeurs changent fréquemment. Mais pour Pascal, "ces différentes aventures sont enrichissantes. Elles nous nourrissent et nous interrogent". Un mal pour un bien, caractéristique des métiers du spectacle : les contraintes sont en effet nombreuses, mais l’amour des professionnels du spectacle pour leur métier l’emporte généralement. Rien de surprenant puisque, comme le dit Pascal, "ce sont des métiers de passion !"

À lire aussi

Sur le même sujet

Se former au métier

D’autres formations existent dans le reste de la France. Consultez la fiche métier, rubriques "Accès au métier" et "Exemples de formations".

Haut de page

Vient de paraître