Sommaire du dossier

Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Mon métier au quotidien

Opératrice prépresse : as de la PAO

Métiers de l'imprimerie

Haute Normandie - Rouen / Publication : 13 mars 2015
Expert en logiciels de PAO (publication assistée par ordinateur), l’opérateur prépresse contrôle, avant leur impression, la mise en pages des textes et images de journaux, dépliants, affiches, livres, etc.
Opératrice prépresse au sein de l’imprimerie Iropa, Stéphanie Charlet nous présente son métier. Rencontre.

Stéphanie Charlet, opératrice prépresse chez Iropa (76)

Préparer un fichier pour l’impression

"L’opérateur prépresse prépare le fichier du client pour l’impression", commence par expliquer Stéphanie. Ce fichier arrive d’abord au service "Devis" qui crée un "dossier de fabrication" comprenant le nom du client, la nature du travail à réaliser (un dépliant 4 pages par exemple), le format du document, le format du papier, le nom de la machine sur laquelle il va être imprimé…
Stéphanie vérifie que tous les critères et souhaits du client sont respectés et impose le fichier sur la feuille de papier. "Je lance ensuite ma feuille sur un traceur : c’est ce qu’on donne au client avant le BAT (bon à tirer) définitif. Dès que le fichier est validé, on l’envoie au CTP (Computer to plate) qui tire les plaques pour les machines à imprimer". Interviennent alors les conducteurs de machines à imprimer.
Garante de la qualité finale du document, Stéphanie insiste sur l’importance des vérifications en amont de l’impression : "une fois que c’est tiré, on ne peut plus rien faire. Et comme on est au début de la chaîne, on est souvent tenus pour responsable s’il y a un problème". D’où l’importance du BAT qui couvre l’opérateur prépresse en cas de soucis.

Créativité et sens de l’esthétique

Outre la rigueur nécessaire à l’opérateur prépresse pour contrôler que le fichier corresponde bien aux attentes du client, de la créativité lui est également exigée. "Un client peut nous demander de lui créer une carte de visite, en nous donnant simplement son logo. J’ai déjà réalisé des faire-part pour des anniversaires", ajoute Stéphanie.
Catalogues, affiches, flyers, invitations, étiquettes de conserve, magazines, pochettes cadeau… Les imprimés peuvent être très différents les uns des autres : "tout ce qui est édité peut passer par nous. C’est très varié !", se réjouit Stéphanie.
Sens de l’esthétique et créativité vont de pair. "Il faut aimer l’édition, aimer la création, les couleurs, les photos". Car l’opérateur prépresse est souvent amené à "refaire les réglages couleurs et traiter les photos, au niveau des balances, des couleurs, de la netteté". Un œil expert est donc indispensable. "On a le truc ou on ne l’a pas", d’après Stéphanie. Pas de doute qu’elle l’a depuis toujours, elle qui, étant petite, "décorait ses cassettes audio, ses cahiers" : "j’embellissais mes pages. J’avais un vieil ordinateur avec lequel je faisais des petits dessins. Et j’adore aussi faire de petites créations pour ma famille !" "C’est une passion", ajoute-t-elle. "Il faut avoir ça dans le sang et être fait pour ça !"

S’adapter pour évoluer

Mais même en étant faite pour ça, Stéphanie doit constamment remettre en question ses compétences. "Les fichiers que nous envoient les clients peuvent être des PDF, des fichiers InDesign, X-Press, des JPG, du Photoshop, Illustrator et parfois des fichiers Word." Stéphanie utilise donc chaque jour de nombreux logiciels : InDesign et Quark X-Press pour le traitement de texte et la mise en page, Photoshop pour la photo, Illustrator pour tout ce qui est dessin, graphique et Acrobat Pro pour les PDF. Ces logiciels évoluent très vite : "on est obligé de suivre", explique Stéphanie : "au moins une fois par semaine je consulte les tutoriels sur Internet, pour voir les nouveautés, les améliorations. Ce qui est bien dans ce métier, c’est qu’on apprend tout le temps !"
Pour devenir opératrice prépresse, Stéphanie a suivi une formation continue de maquettiste PAO. Passionnée par son métier, elle n’est néanmoins pas fermée à d’éventuelles évolutions : "les maquettistes peuvent devenir webdesigners par exemple. Créer des sites internet me plairait bien !" Une évolution professionnelle possible pour tout opérateur prépresse dans le vent, la tendance actuelle étant en effet à la "synergie des médias" : l’opérateur prépresse est polyvalent et peut désormais mettre en forme des productions imprimées comme numériques.

À lire aussi

Sur le web

„Le site d’Iropa
Implantée à proximité de Rouen, l’imprimerie Iropa prend en charge votre communication tout au long de la chaîne graphique : du pré-presse au façonnage, en passant par l’impression.Plus d’infos sur le site d’Iropa.

Haut de page

Vient de paraître