Accueil Hauts-de-France Amiens Informations métiers Quels métiers dans ma région ?

24h avec…

Christian, commandant de bord chez Air France

Picardie - Amiens / publication : 22 septembre 2015
Christian, 51 ans, est commandant de bord chez Air France. Il s’apprête à effectuer une rotation de 3 jours en Europe (Milan, Stockholm, Amsterdam, Berlin). Bienvenue à bord d’un Airbus A320 !

Visuel 24h avec un commandant de bord

Dimanche, 13H Aéroport Roissy Charles de Gaulle, bureau des vols. L’équipage technique, Christian et Pascal son copilote, prépare le vol Paris-Milan. "C’est une phase importante. Météorologie, quantité de carburant en fonction de la charge de l’avion, terrains de dégagement en cas d’imprévu en vol… rien ne nous échappe !". Pendant ce temps, la cheffe de cabine se présente aux pilotes et prend connaissance des particularités du voyage (temps de vol, turbulences…).

13h35 Briefing avec l’équipage commercial, appelé Personnel navigant commercial (PNC). Aujourd’hui, deux hôtesses et un steward. "Cette rencontre me permet de partager les informations commerciales du vol. Aujourd’hui, nous accueillons à bord deux passagers à mobilité réduite par exemple. En tant que chef d’équipe, je donne aussi les directives au bon déroulement du vol".

13h45 L’équipage passe un contrôle de sûreté. A bord d’une navette, il est emmené directement à l’avion.

13h55 Dans l’avion, les tâches sont bien réparties. "Pascal vérifie l’état technique de l’appareil : pneumatique, état physique... Pour ma part, je programme les paramètres de vol dans l’ordinateur de bord. Je supervise aussi les actions des intervenants sur l’avion : plein en carburant, chargement des bagages et du fret… De leur côté, les PNC préparent la cabine pour accueillir les passagers".

14h10 Le commandant autorise l’embarquement des passagers. Il est effectué par les PNC sous la responsabilité de la cheffe de cabine. C’est aussi le moment où les pilotes font leur check-list : une liste de vérifications à effectuer pour assurer la sécurité du vol.

14h35 L’avion est prêt à partir. "Aujourd’hui, c’est moi qui pilote. Au retour, ce sera Pascal. On se répartit les tâches avant le départ. Pendant que j’assure le pilotage de l’avion, Pascal assure la surveillance et les communications radio. Nous avons les mêmes compétences techniques, mais c’est à moi de prendre les décisions".

14h40 Le copilote demande l’autorisation de décoller à la tour de contrôle. Christian conduit l’avion sur la piste. "PNC préparez-vous pour le décollage". Dix minutes plus tard, l’Airbus A320 s’élance dans le ciel à plus de 275km/h.

15h Durant le vol, les pilotes surveillent les paramètres techniques (navigation, météo, consommation de carburant…) et sont en liaison permanente avec le contrôle aérien. "Ma mission est de transporter les passagers d’un point A à un point B dans les meilleures conditions et en toute sécurité. Cela engage toutes les compétences de l’équipage. C’est un vrai travail d’équipe" explique Christian.

15h30 Le commandant amorce la descente vers l’aéroport de Milan en vue de l’atterrissage.

16h10 La 1re étape est terminée. La journée n’est pas pour autant finie. Les pilotes étudient le dossier du vol retour vers Paris tandis que l’équipage commercial prépare à nouveau la cabine. "Nous serons ce soir à Stockholm vers 22h30. Demain, nous irons à Amsterdam et Berlin, et nous terminerons notre rotation mardi soir à Roissy". Deux autres journées bien remplies qui promettent de nous garder la tête dans les nuages…

[Reportage réalisé en septembre 2015]

 

Un métier de rêve… et exigeant !

Le pilote ou la pilote doit savoir réagir avec sang-froid et rapidité à tout moment : décollage, vol, atterrissage. Mais aussi en cas d'imprévus : brouillard, orages, turbulences, piste verglacée...
Une condition physique à toute épreuve et un bon équilibre nerveux sont indispensables et appréciés lors de contrôles médicaux réguliers. Horaires décalés et décalages horaires, rendent l’activité éprouvante physiquement. Enfin, piloter un avion est un travail d'équipe : il faut avoir un bon sens relationnel.

Visuel 24h avec un commandant de bord 2

Vue du cockpit sur un coucher de soleil.

 

 

L'accès au métier

La carrière commence par le métier de pilote de ligne, qui a les mêmes compétences qu’un ou une commandant-e de bord (CDB) mais sans la responsabilité juridique du vol. En tant que copilote, il ou elle partage les manœuvres avec le CDB. Ce n’est qu’après plusieurs années d’expériences et un grand nombre d’heures de vol qu’un ou une pilote peut envisager de devenir CDB.

Les pilotes viennent d’horizons divers :

  • L’ENAC (École nationale de l’aviation civile) est la filière la plus prestigieuse et la plus sélective. Elle est accessible sur concours à partir d'un bac scientifique (concours EPL/S programme de 1re année de prépa scientifique). La formation, gratuite, dure 24 mois. Il n’y a que quelques dizaines de places par an.
  • Près de 700 aéroclubs et une cinquantaine d'écoles privées forment des pilotes privés. Une voie longue et coûteuse (près de 60 000 à 92 000 euros) sans garantie d'emploi à la sortie.
  • L'armée de l'Air et de la Marine nationale recrutent, sur concours, des pilotes sur contrat avec au minimum le bac. La formation est rémunérée sur 2 ans et demi. Il est possible de postuler auprès de compagnies privées, sur condition, après un engagement de 10 ans dans l'armée.

Les débouchés ?

Les recrutements dépendent beaucoup du contexte économique. Presque tous ceux et celles qui sortent de l’ENAC trouvent un emploi dans les compagnies aériennes. En revanche, l’insertion est plus difficile après une formation dans le privé.   
Le conseil de Christian : "Le contexte est difficile notamment depuis qu’Air France a stoppé son recrutement via la filière "pilote cadet". Il ne faut pas avoir peur de s’engager pour autant, mais une mobilité internationale est indispensable. Mieux vaut également envisager une solution de repli telle qu’un diplôme d’ingénieur pour travailler dans l’industrie aéronautique par exemple".

Imprimer

Les publications de l'Onisep

  • métiers
  • Les métiers du transport et de la logistique, collection Parcours
    Les métiers du transport et de la logistique
    Les métiers du transport et de la logistique
    collection Parcours
    parution en septembre 2016
    36 métiers sont classés en 4 familles. Avec les diplômes, les certificats et les titres professionnels du CAP au bac + 5
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels