Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Une école d'Art à l'écoute des sourds

publication : 19 juin 2017
L'école supérieure d'art et design de Marseille-Méditerranée (ESADMM) forme des créateurs, artistes et designers en délivrant des diplômes nationaux de grades licence et master. Elle accueille des étudiants sourds et malentendants et facilite le suivi de leurs études.

S07_P5_C_pisourd_SP_BF_RC

Le programme Pisourd, un projet pilote

Habilité par le ministère de la culture en tant que projet pilote, ce programme accueille des étudiants venant de toute la France. Des actions pédagogiques et des dispositifs spécifiques sont mis en place pour ces étudiants en école d'art :

  • Interprétariat français / langue des signes française (LSF) : 5 ou 6 interprètes travaillent régulièrement à l'ESADMM
  • Un planning d'interprétariat en ligne géré par l'école
  • Tiers-temps majoré aux concours, évaluations et examens
  • Possibilité d'entretiens en remplacement des épreuves écrites
  • Prise de notes des cours et conférences par des étudiants entendants
  • Accompagnement pédagogique par le personnel formé
  • Réunions pédagogiques et suivi
  • Cours de LSF ouverts à tous les étudiants pour favoriser les échanges sourds/entendants

Depuis 2005, une vingtaine d'étudiants sourds ou malentendants ont été suivis dans ce programme. Certains ont parfois réalisé leurs études en 7 ans au lieu de 5, car ils ont bénéficié du tiers-temps sur la durée de leur cursus. 11 sont déjà diplômés (bac+3 et Bac +5). Fathia est l'une d'entre eux : "J'ai obtenu le DNSEP en design d'objet et j'ai également passé un DNA design d'espace au cours duquel je suis partie 5 mois à l'académie d'art de Bologne, dans le cadre d'Erasmus, pour étudier la scénographie et la photo. J'y ai rencontré des personnes sourdes et ai appris la langue des signes italienne. J'ai passé mon mémoire de fin d'études sur deux années avec un même jury. Aujourd'hui, l'équipe PISOURD me soutient dans ma recherche d'emploi, elle m'apporte une aide concrète, car le monde extérieur est dur pour nous. Ici à L'ESADMM on est un peu cocooné mais à l'extérieur c'est différent."

Comment intégrer Pisourd ?

Chaque candidat doit se présenter à cinq épreuves, réparties sur deux jours : anglais (facultatif pour les candidats sourds et malentendants), culture générale, dessin, arts plastiques, entretien avec un jury autour du dossier artistique du candidat (photographies, éditions, oeuvres sur papier, dessins, peintures, écrits, documents sonores, vidéographiques...) et des résultats obtenus aux épreuves.

Une adaptation du concours pour les candidats sourds et malentendants

Les sujets des épreuves sont adaptés pour les candidats sourds : tiers-temps possible, mode de communication choisi... mais également présence d'interprète français-LSF, épreuve d'anglais facultative, sujets adaptés (moins d'écrits, plus de rendus image).

L'entrée en 1re année se fait obligatoirement par concours. Le critère de la personnalité est important, le futur étudiant n'est pas forcément issu d'un cursus artistique. Niveau bac (dérogation possible si le diplôme du bac n'a pas été obtenu). Deux sessions sont organisées chaque année : l'une en avril, l'autre en septembre. Pour s'inscrire au concours, il faut retirer un dossier d'inscription auprès du secrétariat pédagogique, ou le télécharger sur le site Internet de l'ESADMM.

Une entrée après bac+2 est possible sur dossier et entretien.

L'école a un partenariat avec le MAC/Val (musée d'art contemporain du Val de Marne) qui travaille avec des artistes en situation de handicap. Certains étudiants peuvent y faire un stage. Aujourd'hui, une ancienne élève de l'ESADMM y fait des vacations de guide conférencière pour un public sourd et malentendant.

Témoignage de Mélanie

"J'ai découvert le programme Pisourd et j'ai postulé à l'ESADMM. Cela a été le coup de foudre : pour la première fois de ma vie, je me suis sentie en sécurité émotionnelle. Tout était organisé pour les sourds sans avoir rien à demander. Je suis dans ma 6e année, et j'attends de faire une résidence artistique. J'aimerais ensuite continuer en doctorat, mais aucun établissement en France n'a un programme comme Pisourd. Je ne veux plus me battre comme avant, chercher moi-même des interprètes, c'est trop chronophage et demande trop d'énergie."

Imprimer

À lire aussi

Sur le web

Les publications de l'Onisep

  • études
  • Handicap auditif, collection Annuaire handicap
    Handicap auditif
    Handicap auditif
    collection Annuaire handicap
    parution en février 2017
    Handicap auditif : 550 structures de scolarisation
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels