Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Imprimer
Accueil Choisir mes études Ma 1re année en...
Publication : mai 2018

Ma 1re année en BTS métiers de l'audiovisuel option métiers de l'image

Passionné de cinéma, Grégoire a choisi de se former à l’ensemble des techniques de l’image (cadrage, lumière). Motivé par une formation permettant d’acquérir de solides bases techniques, il a intégré le BTS audiovisuel option métiers de l'image proposé au Lycée Jacques Prévert, à Boulogne-Billancourt (92). Quel est son regard sur ce cursus? Comment s’organise la pédagogie ? Récit d’une 1re année remplie de projets.  

Pourquoi avoir choisi ce BTS ?

"Je faisais du cinéma en amateur depuis longtemps et je savais que je voulais exercer un métier de l’image, celui de cadreur", résume Grégoire. Si le jeune bachelier a choisi d’intégrer ce BTS, c’est notamment pour la reconnaissance du diplôme, "que n’offrent pas certaines formations privées dans ce secteur." Par ailleurs, Grégoire a privilégié un cursus pouvant lui apporter les connaissances techniques indispensables : "En 1re année, on voit comment éclairer un sujet en différents points, avec 3 sources de lumière différentes. On est très vite dans le vif du sujet, sur un plateau, avec du matériel et des contraintes réelles."

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

La 1re année de BTS comprend des matières nouvelles, comme les techniques des équipements et des supports (TES), typiques de l’audiovisuel. "On étudie par exemple le fonctionnement d’un capteur, et en physique, il faut s’attendre à aborder des notions plus poussées, comme le traitement du signal", explique Grégoire. "Cela permet de comprendre les filtres, ou l’optique directement reliée au fonctionnement des objectifs." Titulaire d’un bac S, il n’a pas rencontré de difficultés particulières. Mais mieux vaut avoir conscience que le programme s’adresse davantage aux profils scientifiques.

À quel rythme de travail a t-il fallu s’acclimater ?

"En plus des contrôles, nous avons un système de rendus de travaux, de projets, avec des délais à respecter ", souligne Grégoire, qui a appris à travailler dans un temps donné, comme en entreprise ! Parmi les projets réalisés en 1re année : des tournages, des reportages et des captations d’images. "Tout ce que l’on aborde en cours est "testé" sur le terrain. Filmer des tableaux au Louvre par exemple nous permet de mettre en pratique les notions sur la lumière." En moyenne, les élèves sont mobilisés sur un projet tous les mois et demi.

Ce qui change par rapport à la terminale ?

"La différence la plus évidente, c’est le fait d’être dans une formation très pratique, qui nous professionnalise", constate l'étudiant. En BTS, les élèves utilisent le matériel mis à leur disposition quand ils le souhaitent, y compris en dehors des heures de cours. "Nous avons aussi un stage en 1re année. Je pense l’effectuer soit à la régie lumière d’un théâtre, soit dans une société de production. Nous sommes vraiment dans une logique métier."

Votre avis sur la formation ?

Très à l’aise dans cette formation, Grégoire apprécie par exemple le fait de bénéficier de conseils d’intervenants extérieurs. "Ça peut être un éclairagiste qui vient nous apprendre comment éclairer un plateau, ou un chef opérateur de fiction qui va nous transmettre certaines techniques, son expérience sur une problématique précise. C’est extrêmement motivant."

Et après ?

Initialement, Grégoire était intéressé par le métier de cadreur, plutôt dans le domaine du documentaire. Un projet qui évolue au fil des mois. "Après mon BTS, j’aimerais travailler directement, si possible dans le spectacle vivant", conclut-il.

BTS métiers de l'audiovisuel option métiers de l'image, fiche d’identité

Durée : 2  ans après le bac.

Sélection : sur dossier, tests et/ou entretien, via le portail d’inscription dans l'enseignement supérieur Parcoursup.

Profil des admis : les bacheliers généraux, de préférence issus des séries scientifiques ; les bacheliers STI2D spécialité SIN (systèmes d'information et numérique), mais aussi des bacheliers professionnels, SN (systèmes numérique) ou photographie, etc.

Cadre : l’option métiers de l'image est proposée dans 26 établissements (14 publics, 12 privés), dont 6 en apprentissage.

Emploi du temps : une trentaine d’heures par semaine, auxquelles s’ajoutent des travaux personnels à la maison.

Matières : culture audiovisuelle et artistique axée sur l'étude de productions et d'œuvres des domaines de l'écrit, de l'image fixe ou animée, du son. Cours de techniques de mise en œuvre (pour favoriser une mise en situation professionnelle des étudiants). Ils apprennent à utiliser le matériel (caméras, éclairages, etc.) et travaillent sur des projets concrets (tournage, prise de vue). Parallèlement, la technologie des équipements et des supports est largement abordée (traitement du signal, stockage, diffusion). Important, les cours de science physique appliquée s'articulent autour de l'optique, de la photométrie de la colorimétrie, de l'électricité et de l'électronique. Un enseignement d'anglais technique et audiovisuel et des cours sur l’environnement économique et juridique complètent ce programme. 8 à 10 semaines de stage.

Charge de travail : importante. Beaucoup de travail à la maison, notamment pour les projets.

Vie de classe : entre une vingtaine et une trentaine d’élèves par classe.

Encadrement : élevé ; proximité des professeurs avec leurs élèves.

Vie extrascolaire : les activités extrascolaires sont possibles, à condition de bien s’organiser.

Validation : contrôle continu et examen.

Diplôme : le BTS est délivré aux candidats qui ont obtenu une moyenne générale supérieure ou égale à 10/20 à l’ensemble des épreuves générales et technologiques. Le BTS est reconnu à bac + 2 et donne droit à 120 crédits ECTS.

Coût de la scolarité : gratuit dans les établissements publics ; payant dans les établissements privés sous contrat ou hors contrat. Les frais sont pris en charge par l’employeur dans le cas de l’apprentissage.

 

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels