Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Choisir mes études Au lycée, au CFA Dispositifs spécifiques

Les sections sportives au lycée

publication : 7 novembre 2017
Les sections sportives scolaires de lycée permettent de concilier études et pratique sportive intensive. Une centaine de disciplines sportives y sont proposées dans près de 700 établissements.

Pour des élèves motivés menant de front études générales et pratique sportive.

Section sportive au lycée : en quoi ça consiste ?

Les sections sportives scolaires permettent de concilier études et pratique sportive. Grâce à leur emploi du temps aménagé, les élèves peuvent suivre une scolarité normale, tout en ayant 4 à 8 heures de pratique sportive supplémentaire par semaine selon la discipline choisie et le niveau (local, régional ou national). Ces heures d’entraînement s’ajoutent aux heures d’EPS (éducation physique et sportives) obligatoires, à la pratique en club et au sein de l’UNSS (Union nationale du sport scolaire), ainsi qu’aux compétitions se déroulant en soirée ou le week-end.

Quels sont les sports possibles ?

Football, handball, natation, gymnastique, surf, ski... une centaine d'activités sportives sont proposées dans près de 700 établissements en France. Toutefois, certaines disciplines sont très dispensées (177 sections sportives en football, 163 en rugby) là où d’autres sont rares (1 en échecs, 1 en biathlon, 5 en boxe française).

Quelle sélection à l'entrée ?

Très sélectives, ces sections accueillent 15 à 20 élèves au maximum par classe. Elles exigent un bon niveau de pratique sportive et d’excellents résultats scolaires car le volume de cours reste identique à celui des autres élèves.
Les candidats doivent aussi être affiliés au sein d'un club ou de l’UNSS et passer un examen médical. Le recrutement est local ou régional, mais national pour les sections uniques (football américain, biathlon…) et les disciplines exigeant la proximité d’installations sportives rares (aviron, escalade…).

Où s’inscrire ?

L’inscription dans ces sections se fait directement auprès des établissements concernés. Elle est traitée dans le respect de la carte scolaire. Des aménagements sont possibles, sous l'autorité du recteur d'académie, en tenant compte des implantations géographiques qui peuvent être imposées par certaines spécialités sportives (ski, voile, équitation...).

Les pôles Espoir et les pôles France

Différentes des sections sportives scolaires, ces filières d’accès au sport de haut niveau, rebaptisées "Parcours de l'excellence sportive", dépendent du ministère des Sports. Elles accueillent des jeunes sportifs sélectionnés par les directeurs techniques nationaux des fédérations sportives et leur permettent de concilier pratique sportive intensive et études.

Pour qui ? Les jeunes les plus prometteurs (âgés au minimum de 12 ans) sont repérés au vu de leurs performances individuelles et/ou collectives lors des compétitions et stages de détection.
Le pôle Espoir accueille les jeunes repérés en compétition comme sportifs à fort potentiel et inscrits sur la liste des Espoirs en vue d’une entrée en pôle France.
Le pôle France accueille les jeunes inscrits sur la liste des sportifs de haut niveau (catégories jeunes, élites, seniors), en fonction de leurs résultats. Il les prépare en vue des compétitions internationales. Les disciplines individuelles ou collectives sont concernées.

Emploi du temps chargé. Souvent internes, les jeunes athlètes sont rassemblés au sein de ces structures, réparties sur l’ensemble du territoire, par disciplines sportives, quel que soit leur niveau scolaire. L’entraînement occupe 10 à 15 heures par semaine, hors compétitions. Les étudiants poursuivent leur scolarité en parallèle dans des écoles ou universités partenaires ou au Cned (Centre national d’enseignement à distance).

Cursus aménagés. Plusieurs aménagements sont donc mis en place au cas par cas pour faciliter l’entraînement sportif des athlètes : adaptation des plannings, délais supplémentaires pour valider son diplôme, facilité pour rattraper les cours et les devoirs en cas d'absences liées aux compétitions… Un système de tutorat permet également de s’ajuster au plus près des besoins des sportifs. Pour les élèves ne pouvant pas se déplacer sur les lieux de formation, ils ont la possibilité de suivre les cours à distance, notamment avec l’aide du Cned.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels