Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Choisir mes études Après le bac Organisation des études supérieures Les licences

Sommaire du dossier

Les licences

Licence : les mentions du domaine arts, lettres et langues

publication : 29 septembre 2016
Pour les passionnés de littérature, de civilisations, de langues... Des filières qui préparent aux métiers de l'enseignement, mais qui peuvent également offrir d'autres débouchés. Les études universitaires préparent avant tout aux métiers d'enseignant et de manager culturel. Pour les arts appliqués et les métiers de la création, mieux vaut chercher du coté des BTS ou des écoles spécialisées.

Licence arts (article)

Votre score :  

Votre niveau de réussite :  

Rejouer

 

Accès aux licences du domaine

Les bacheliers généraux sont les mieux préparés pour étudier l'art à l'université, en particulier ceux de la série L qui ont suivi l'enseignement de spécialité arts. Les bacheliers technologiques de certaines séries STD2A ou TMD peuvent s'y inscrire, mais la formation reçue n'est pas adaptée à ce profil d'études.

En lettres et langues, les bacheliers L sont majoritaires. Néanmoins, les titulaires d'un bac ES ou S peuvent y réussir. Un bon niveau en français et en langues (vivantes et/ou anciennes, selon la mention choisie) est demandé. La mention LEA est plus accessible aux bacheliers STMG.

Les principales mentions en art

De la musique au cinéma, en passant par la peinture ou le théâtre, le domaine d'études est vaste. Les parcours spécialisés dans tel ou tel domaine artistique sont réunis sous 5 mentions : arts ; arts du spectacle ; arts plastiques ; histoire de l'art et archéologie ; musicologie. À choisir en fonction de son projet.

Mention arts

Licence ALL - mention arts

Des études pour les passionnés de design. Ces licences privilégient l’approche théorique et esthétique des arts appliqués sur la pratique. Une formation artistique qui n’a rien à voir avec ce que proposent les écoles d’art.

Au programme : histoire du design sous ses différentes formes, étude des techniques de réalisation (dessin, volume, perspective), des supports de communication, des matériaux de fabrication, réflexion sur la démarche de conception-création. Il est possible de découvrir d'autres enseignements comme la communication visuelle ou le multimédia.

Ces mentions sont bien adaptées pour ceux qui envisagent de préparer un concours de l'enseignement : agrégation ou CAPET (Certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement technique) : concours de recrutement des enseignants en lycée technique, se préparant en master à l'université. CAPET arts appliqués, concours de la fonction publique territoriale. Une mention arts appliqués à Nîmes (hors nomenclature nationale).

 

Mention arts du spectacle

Licence ALL - mention arts du spectacle

Des études pour les amateurs de théâtre, de musique, de danse, de cinéma… Leur objectif : donner des éléments de réflexion et une connaissance du spectacle sous ses divers aspects (esthétique, économique, historique, sociologique).

Au programme : des enseignements en esthétique, dramaturgie, cinématographie, chorégraphie, histoire des arts, spectacle, analyse d’œuvres (pièces de théâtre, ballets, livrets d’opéra, films), relations entre arts du spectacle et sciences humaines… S'y ajoutent des ateliers pratiques : art dramatique, montage vidéo...

Selon le parcours, il est possible s’orienter vers la gestion de projets, l’administration d’une compagnie (comédiens, danseurs) ou d’une salle (théâtre, concert), la production (cinéma, spectacle vivant) la critique, la médiation... Une mention audiovisuel à Toulouse 2 (hors nomenclature nationale).

 

Mention arts plastiques

licence ALL - mention arts plastiques

Des études pour les passionnés de dessin, de peinture, de gravure ou d'image. En principe, pratique et théorie doivent figurer à parts égales dans la formation. En réalité, l’esthétique et l’histoire de l’art prédominent.

Au programme : pratique plastique portant sur l’initiation à la création, la réflexion sur la production des œuvres, l’acquisition des techniques d’expression (dessin, modelage, photo, vidéo …), la connaissance des couleurs et des matériaux. S’y ajoutent l’analyse d’images ou de réalisations plastiques, l’histoire des pratiques artistiques. Il est possible de s'initier à d'autres formes d'art : cinéma, théâtre, musique ou découverte d'autres enseignements associés aux arts plastique (communication par exemple).

Ces licences sont bien adaptées pour ceux qui envisagent de préparer un concours de l'enseignement : agrégation ou CAPES arts plastiques, concours de la fonction publique territoriale.

Une mention esthétique, arts et culture à Paris 4 (hors nomenclature nationale).

 

Mention histoire de l'art et archéologie

histoire _art

Au programme : approche de tous les arts (peinture, sculpture, gravure, architecture...) sous tous les angles (historique, esthétique, sociologique, culturel) et sur toute

période (ancienne, médiévale, Renaissance, moderne, contemporaine...). Sans oublier les langues.

Travaux pratiques, stages, fouilles, visites de musées... tout est bon pour de futurs archéologues, guides-conférenciers, restaurateurs d’œuvres d'art ou chercheurs en histoire de l'art.

Les débouchés étant étroits, des parcours pluridisciplinaires permettent d'élargir l'horizon : histoire de l'art-sciences humaines, droit-histoire de l'art (intéressant pour qui veut devenir commissaire-priseur)

Une mention étude culturelle à Nancy (hors nomenclature nationale). 

 

Mention musicologie

Licence ALL - mention musicologie

Il faut être musicien pour accéder à ces études. Certaines universités ont instauré des tests de solfège. Une année préparatoire aux études musicales (APEM) peut être requise.

Au programme : pratique musicale, histoire, analyse et esthétique des arts musicaux, initiation à l’acoustique, écriture musicale. Les études s’effectuent souvent en liaison avec un conservatoire de région qui délivre le DNOP (diplôme national d’orientation professionnelle).

L'enseignement reste le débouché principal, avec la possibilité de préparer le CAPES éducation musicale et chant choral ou l' agrégation musique. Toutefois, les parcours proposés par les universités offrent des passerelles vers la musicologie, la critique musicale, la gestion culturelle, la pratique jazz, les métiers du son...

Et après une licence artistique ?

Après la L2, l'étudiant peut s'orienter vers une licence pro (pour une spécialisation professionnelle en 1 an) ou une école d'art.

Après la licence, il peut choisir un master. Les plus nombreux concernent l'histoire de l'art, les métiers de la culture ou de l'enseignement. On trouve quelques masters en design, parfois en partenariat avec les écoles.

Autre possibilité : rejoindre une école spécialisée dans le marché de l'art, le management culturel, le patrimoine.

L'art à l’université : attention aux erreurs d'aiguillage.

L'université n'est pas une école d'art, pas plus qu'une école de musique ou d'art dramatique. Elle privilégie une approche théorique et apporte des repères et des outils sur l'univers de l'art.

La pratique artistique varie beaucoup d'une faculté à l'autre : elle est de 30 % en arts du spectacle, mais de 50 % en musique et arts plastiques. Pour compenser beaucoup d'étudiants suivent des cours en dehors de la fac.

Une double formation est très appréciée des recruteurs. Il est possible, par exemple, d'associer à son diplôme universitaire un diplôme d'école.

 

Les principales mentions en lettres et langues

Un parcours de formation à choisir en fonction de son projet professionnel et de son profil : métiers de l'enseignement, FLE (français langue étrangère), communication, relations internationales, multimédia, traduction... Dès le 1er semestre, différentes disciplines complémentaires (histoire, géographie, sociologie, droit, maths, arts...) sont associées aux enseignements fondamentaux.

Mention langues étrangères appliquées (LEA)

Licence ALL - mention LEA

Au programme : points forts de cette mention, deux langues vivantes à maîtriser parfaitement (l'anglais est très souvent obligatoire) et à appliquer à une matière : droit, économie, gestion, comptabilité, informatique...Des stages figurent au programme. L'idéal : faire des séjours à l'étranger. Cette mention forme au monde du commerce, des affaires ou à la traduction spécialisée.

 

 

Mention langues, littératures et civilisations étrangères et régionales (LLCER)

Licence ALL - mention littératures et civilisations étrangères et régionales

Au programme : cette mention se décline en parcours avec des intitulés correspondant aux langues étrangères (anglais, allemand, russe, chinois...) ou régionales (occitan, corse, breton, basque, créole...) étudiées.

L'accent est mis sur l'étude de la langue (phonétique, linguistique...), mais aussi de la littérature et de la civilisation du ou des pays/régions d'usage. L'expression écrite et la traduction littéraire sont abordées de façon très technique, ce qui suppose d'avoir un bon niveau en français. Les langues régionales sont davantage enseignées à partir du master.

Le débouché majeur de cette licence reste l’enseignement, avec la préparation des concours dédiés : agrégation ou CAPES dans la langue étudiée, CAPLP lettres-langues, voire CRPE.

 

Mention lettres

Licence ALL - mention lettres

Au programme : la littérature et la linguistique françaises, mais aussi la littérature générale et comparée, les études latines une langue vivante... Les exercices ressemblent à ceux pratiqués au lycée : commentaire composé, dissertation, exposé...

Les universités proposent différents parcours : lettres modernes ; lettres classiques ; français langue étrangère (FLE) ; lettres-langues ; sciences du langage.

En "lettres classiques", l'enseignement est naturellement axé sur le Moyen Âge, la Renaissance et le XVIIe siècle, ainsi que sur l'étude des œuvres latines et grecques.

En "lettres modernes", l'enseignement aborde des textes littéraires plus récents, la linguistique, une langue étrangère et la littérature comparée.

Le débouché traditionnel de ces licences est l'enseignement avec la préparation des concours dédiés : CRPE, agrégation et CAPES lettres modernes/classiques, CAPLP lettres-langues. Néanmoins, les parcours pluridisciplinaires (lettres-langues, lettres-sciences politiques, lettres-histoire par exemple) ou bien professionnels (information, édition, documentation) permettent d'accéder aux métiers du livre, de la culture, au journalisme ou encore aux carrières administratives. 

 

Mention sciences du langage

Sciences du language

Au programme : linguistique : sémantique, phonétique, phonologie, syntaxe décortiquent les signes, les sons, la forme des mots, leurs place dans la phrase.

Les universités proposent des parcours FLE (français langue étrangère), TAL (traitement automatique des langues), LSF (langue des signes française) ou communication.

Les débouchés sont les masters de traitement automatique des langues ou ceux ouvrant sur l'enseignement ou l'orthophonie.

 

Le cursus Fle (français langue étrangère)

De nombreuses universités préparent à l'enseignement du français en tant que langue étrangère.

Le parcours FLE est généralement proposé en 3e année de licence (L3) mention lettres (lettres classiques, lettres modernes), LLCER (langues, littératures et civilisations étrangères et régionales), sciences du langage.

Les étudiants suivent le programme de leur licence, complété par des enseignements de didactique du français en tant que langue étrangère, de linguistique générale et de linguistique appliquée au FLE. Ils s'entrainent à la préparation de leçons. Ils étudient la civilisation française.

Et après une licence de lettres ou de langues ?

Avec sa licence, le diplômé peut préparer les concours de la fonction publique : bibliothécaire, assistant/e de conservation du patrimoine, chargé/e d'études documentaires, secrétaire de mairie, etc.

Il peut poursuivre ses études en master (2 ans) dans de nombreux domaines : métiers du livre, édition, documentation, information et communication, traduction, langues et commerce, échanges internationaux... Il peut opter pour un master métiers de l’enseignement, de l'éducation et de la formation (MEEF) en vue de préparer les concours de l'enseignement.

Il peut rejoindre une licence pro (1 an après la L2) ou encore une école spécialisée dans la traduction et l'interprétation, la communication, un IEP (institut d'études politiques)... (accès sur concours).

Imprimer

Les publications de l'Onisep

  • études
  • Université, bien choisir sa licence, collection Dossiers
    Université, bien choisir sa licence
    Université, bien choisir sa licence
    collection Dossiers
    parution en mars 2017
    Dans ce dossier : les 45 mentions de licence réparties en quatre domaines d'enseignement, de nombreux éléments sur la vie pratique de l'étudiant/e et ses perspectives d'études
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels