Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

L'année de césure, un passage obligé ?

publication : 14 janvier 2016
Enrichir son CV, partir à l'étranger, faire un "break" : si sur le papier l'année de césure séduit, partir un an demande réflexion et anticipation. Cette expérience loin de l'école doit représenter une réelle opportunité d'apprentissage ou de maturation de projets. Passage en revue des formules possibles.

L’année de césure, un passage obligé ?

Travailler ou voyager avec l'accord de son établissement

→ Une année intégrée ou accordée dans votre formation

Une période de césure est généralement proposée avant la dernière année d'études dans les écoles de commerce et dans certaines écoles d'ingénieurs. Si certaines écoles l'ont même rendu obligatoire, d'autres, en revanche, demandent aux étudiants un projet très solide. Tout dépend de la "culture" de l'école en la matière.

Les universités peuvent proposer, elles aussi, des périodes de césure, mais selon des modalités qu'elles définissent elles-mêmes. Dans certaines universités, cette césure doit forcément s'intégrer dans le parcours de formation, en s'effectuant par exemple dans le cadre d'un diplôme universitaire (DU) et en lien avec la filière d'études suivie auparavant. Dans d'autres, les modalités peuvent être plus souples : l'étudiant a le choix de son projet. Toutefois, il devra le motiver et obtenir l'accord de son établissement.

Attention, dans les deux cas (écoles, université), une réponse positive n'est pas garantie !

Avis de prof : "Une décision à bien peser"

"Une année de césure est profitable si elle est suffisamment construite en amont. L'étudiant doit pouvoir capitaliser cette année en se donnant des objectifs précis par rapport à sa formation. La durée est un facteur clé : partir 3 mois, 6 mois ou un an bouleversera différemment la scolarité, et l'accompagnement pédagogique ne peut être le même. Chaque année, 2 étudiants en moyenne sollicitent un départ en année de césure : les projets professionnels présentés comportent une réelle plus-value pour ces étudiants. Mais dans la plupart des cas, nous conseillons aux élèves d'obtenir d'abord leur diplôme. Quant à partir à l'aventure ou faire un break, cela relève du projet personnel, il faut savoir le dissocier de sa formation. Il ne faut surtout pas partir "pour faire comme les autres". A l'École des Mines, un stage de 3 mois à l'étranger est obligatoire, suivant un cahier des charges bien précis. Ces mois passés en entreprise à l'étranger sont souvent bien plus profitable qu'une année de césure car ils permettent en même temps de valider des crédits ETC en vue du diplôme."

Lionel Luquin, directeur des études, École des Mines de Nantes

 

→ Une année encadrée avec les programmes européens

Si vous êtes essentiellement motivés par une année à l'étranger, vous pouvez partir avec le programme de l'Union européenne "Erasmus +", à la condition que votre établissement ait conclu un accord avec ces programmes. Erasmus + propose des opportunités de mobilité d'études ou de stage aussi bien pour les jeunes en voie professionnelle que pour les étudiants.

Retour d'expérience : une expérience à l'étranger avec Erasmus +

"Je suis parti faire un stage en Allemagne avec un programme d'Erasmus + durant mon Bac pro Logistique, nous étions 5 volontaires. J'ai été pris chez Airbus à Stade. Sur place, nous étions encadrés par des professeurs allemands. J'étais volontaire car ça apporte une belle ligne sur un CV et ça permet de montrer une certaine mobilité aux futurs employeurs. C'était aussi pour moi le moyen d'évaluer mon niveau en langue, de me tester et savoir si j'étais apte à "survivre" à l'étranger. L'immersion dans le pays a été un peu difficile car notre logement était situé dans une zone industrielle. Etant le seul à parler un peu l'allemand et maîtriser l'anglais j'étais très demandé : c'est sûrement le point le plus positif. Pour d'autres camarades, cela a été plus dur, entre les difficultés liées à la langue et le changement de culture, ça n'a pas accroché. Moi ça m'a donné envie de repartir ! Selon moi, c'est pendant ses études qu'il faut partir, car on en revient plus mûr et avec une expérience qui fait la différence !"

Gilles Bougourd, étudiant en formation de technicien supérieur en méthode et exploitation

 

 

Travailler ou voyager en dehors de tout cursus scolaire

Étoffer son projet professionnel en entreprise

Si vous n'avez pas la possibilité de profiter d'une année encadrée ou "accordée" par votre établissement, vous pouvez partir de votre propre initiative ou saisir des opportunités : par exemple pour développer votre projet professionnel dans une entreprise avec le statut de salarié.

Pour une première expérience professionnelle à l'étranger, il existe des dispositifs sur lesquels vous pouvez vous appuyer comme le volontariat international en entreprise.

→ Voyager pendant un an

Ce projet peut être motivé par l'apprentissage d'une langue, un projet humanitaire ou une formation dans un établissement d'un pays qui n'a pas conclu d'accord avec le vôtre. Si ce projet est solide et financièrement assuré, il peut vous aider à construire un parcours original. Toutefois, obtenir votre diplôme doit rester votre objectif numéro 1.

La difficulté consiste ici à ne pas confondre année de césure et année sabbatique. L'année sabbatique, c'est prendre du temps pour soi. Utile à la construction et à l'équilibre personnel, elle se vend parfois difficilement sur un CV. La plupart des étudiants attendent d'être diplômé pour concrétiser ces projets souvent à mi-chemin entre projet perso et projet pro : le programme vacances-travail est d'ailleurs ouvert aux jeunes de 18 à...30 ans !

Universités : une circulaire instaure le droit à la césure

Une circulaire publiée en juillet 2015 au Journal officiel est venue préciser les modalités possibles de césure à l'université. Si elle instaure pour les étudiants un droit à la césure, les universités restent toutefois libres de l'appliquer ou non.

Imprimer

À lire aussi

Sur le même sujet

Sur le web

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels